ArboLife-blog-Dimitri-2-featured-1.jpg.jpg

En avril 2017, j’ai eu la chance de pouvoir me rendre à Taos au Nouveau-Mexique dans le Sud des États-Unis pour suivre la formation sur les Earthships donnée par Michael Reynolds et son équipe. Le Earthship est relativement répandu en Amérique du Nord où il séduit les adeptes d’un mode de vie plus autonome et résilient. En Europe, il peine encore à s’imposer. Est-ce parce qu’il n’est pas adapté à nos latitudes? Non, le concept du Earthship a la particularité de relativement bien s’adapter à différents climats. Le problème est essentiellement administratif, car le Earthship révolutionne l’approche du bâtiment. En Europe, c’est en France que les conditions sont les plus favorables où une bonne dizaine de Earthships ont déjà vu le jour (sans compter les bâtiments qui s’en inspire).

Earthships dans le désert de Taos au Nouveau Mexique

En Suisse, aucun bâtiment de ce genre n’a encore été construit. En verra-t-on un jour? Probablement pas sous la forme développée par Michael Reynolds, car son architecture est visuellement peu habituelle dans nos contrées et il sera très compliqué de le faire accepter dans un plan communal d’aménagement. De plus, il utilise des matériaux peu conventionnels comme les pneus. Ce genre de matériau est inconnu de nos ingénieurs et il sera probablement impossible d’obtenir un permis de construire (statique méconnue et supposés problèmes de qualité de l’air). Reste l’option de réaliser son projet en pirate, comme Micheal Reynolds à ses débuts. Mais cette approche n’a aucune chance d’aboutir dans le contexte suisse.

L’architecture peu conventionnelle du Earthship

Le Earthship a tendance à provoquer des débats et des émotions intenses. Il possède de nombreux adeptes qui voient dans ce bâtiment la solution pour le futur et ne jurent que par l’architecture de Micheal Reynolds. D’autres (et parmi eux de nombreux architectes) se désintéressent de cette approche et voient le mouvement comme une secte de doux rêveurs hippies déconnectés de la réalité de la société du XXI ème siècle. Ils mettent en avant les faiblesses du concept et prétendent que de toute manière, il n’est pas adapté au contexte urbain actuel.

Personnellement, je n’ai pas « adhéré à la secte », mais je vais m’acharner à vous présenter le concept dans ses moindres détails. Pourquoi? Le Earthship représente pour moi une énorme source d’inspiration. Il nous montre qu’avec un design simple et bien réfléchi, il est possible de construire un bâtiment très performant et respectueux de l’environnement. Pas besoin de technologie ultra compliquée ou de matériaux rares et coûteux. La construction conventionnelle a tendance à créer des bâtiments qui sont coupés de leur environnement. Au contraire, le Earthship  interagit optimalement avec son environnement. Dans le climat très hostile du désert du Nouveau Mexique, il arrive à créer un espace de vie et vivant, et ceci avec un confort correspondant aux critères occidentaux!

Ses détracteurs ont raison sur un point. Il n’est pas possible de reprendre le Earthship tel quel dans n’importe quel climat, comme Michael Reynolds le prétend parfois. Mais en partant de ce concept comme base et avec un peu d’imagination et d’adaptation aux spécificités locales, il est possible de créer un bâtiment performant, respectant l’environnement et créant un espace vivant! Il est possible de créer le bâtiment du futur!

Dans les prochains articles, nous allons aborder les 6 principes du Earthship, qui sont:

  • Utilisation de matériaux naturels et recyclés
  • Chauffage et rafraîchissement solaire
  • Production d’électricité solaire et éolienne
  • Captage de l’eau de pluie
  • Traitement in-situ des eaux usées
  • Production de nourriture

Si vous êtes prêt pour partir à l’aventure, je vous demanderais juste de laisser vos préjugés de côté et rendez-vous dans le prochain article dédié à l’utilisation des matériaux naturels et recyclés!

Je vous souhaite de belles découvertes et beaucoup de plaisir à la lecture de mes lignes! „

A suivre..

 

A propos de l’auteur:

Ingénieur en environnement de formation, Dimitri Dousse est un passionné de durabilité. Son récent voyage d’une année avec comme fil conducteur sa passion l’a mené au Nouveau Mexique où il a suivi la formation académique sur les Earhships. Aujourd’hui, il a à coeur de partager ses connaissances de l’habitat durable et écologique et d’ouvrir de nouvelles perspectives pour le futur en donnant des conférences et en écrivant sur son blog. www.batissonsnosreves.ch

0 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

NOUS CONTACTER

Nous ne sommes pas là pour le moment. Tu peux nous envoyer un email et nous y répondrons au plus vite.

En cours d’envoi

© 2018 ArboLife | Neuchâtel | Suisse | | | | conditions | crédits

Suggérer une adresse

Propriétaire ou gérant ? Utilise la fonction « Ajouter une adresse » dans le menu pour créer ton annonce.

Information sur l'adresse suggérée:






Comment te contacter en cas de questions ?

Equilibre & Durabilité

Inscris-toi à la newsletter d’ArboLife pour recevoir les derniers articles de blog, être au courant de nouveaux événements et découvrir de nouvelles adresses dans ta région.

ou

Connecte-toi avec tes identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account