Les TIC (technologies de l’information et de la communication) prennent une place de plus en plus importante dans nos vies. Loin d’être dématérialisée, notre utilisation d’internet a un impact considérable sur l’environnement. En effet, la consommation électrique liée aux TIC représente 10% de la consommation électrique mondiale (8% en Suisse). Il est toutefois possible de réduire notre impact en adoptant quelques gestes simples.

Problème n°1 – Le matériel

Les outils que nous utilisons sont composés de centaines de composants et ils contiennent de ce fait une quantité incroyable d’énergie grise, c’est-à-dire l’énergie cachée qui a été utilisée pour extraire et purifier les matériaux, les transformer en composants, assembler ces pièces en objets, transporter le tout par bateau, avion et camion, etc. A cela s’ajoute l’obsolescence programmée, c’est-à-dire le fait que les fabricants conçoivent des objets ayant une durée de vie limitée pour que vous les remplaciez plus souvent et pour pouvoir vendre coûte que coûte de nouveaux produits. A ce sujet, saviez-vous qu’Apple est plus riche que la Suisse ? En résumé, chaque objet qui est fabriqué péjore la vie sur Terre. En achetant toujours de nouveaux modèles de téléphone ou d’ordinateur, on empoisonne les sols, on pollue l’air et les océans et on encourage les industriels dans leur démarche. Alors comment réduire son impact ? Premièrement en faisant durer son matériel le plus longtemps possible. Résister à la mode du plus beau, du plus récent, et du plus sophistiqué est un acte responsable. Il n’y a pas à avoir honte de posséder un vieux téléphone. Au contraire, assumez à 100%, soyez fier de préserver la planète et ses ressources. Deuxièmement, faites les réparer lorsqu’ils tombent en panne. Parfois, il suffit juste de changer un composant, une batterie, une barrette de mémoire pour prolonger leur durée de vie. Enfin, achetez d’occasion. Certains sites (labonnecombine.ch, itopie.ch) proposent des appareils professionnels remis à neuf, avec une garantie de 12 mois. D’autres, comme Why Open Computing vendent des ordinateurs conçus pour durer au moins 10 ans.

Problème n°2 – L’utilisation

On pense à tort qu’internet est virtuel et donc écologique. Or, toutes les données stockées en ligne existent bel et bien quelque part, sur des serveurs à l’autre bout du monde. Chaque requête sur Google émet 7g de CO2, autant que pour chauffer une demi-bouilloire. Pour éviter cela, on peut par exemple utiliser google.ch plutôt que .com, car la recherche sera plus ciblée et n’aura pas à faire 10x le tour du monde pour afficher le résultat. On peut aussi utiliser un moteur de recherche écologique (Lilo, Ecosia, Blackle…). Encore mieux, tapez l’adresse du site directement dans la barre d’adresse plutôt que de passer par une recherche Google, ou utilisez les marque-pages (bookmark). Par ailleurs, débranchez les chargeurs lorsqu’ils ne sont pas allumés, éteignez tous les appareils la nuit, réglez les paramètres d’affichage et de mise en veille, et travaillez le moins possible sur batterie.

Problème n°3 – Le cloud

Le constat est le même pour le « cloud », ce nuage bien physique qui contient toutes vos données numériques synchronisées (musique, photos, vidéos, emails, e-banking, etc.). Un bon conseil est de faire du tri dans ces données, de nettoyer vos comptes Youtube, iTunes, Facebook et compagnie car tout est stocké au moins à double, en cas de panne d’un serveur. Faites du tri dans votre boite email, désinscrivez-vous systématiquement des emails promotionnels. Pour les échanges de données, limitez les pièces jointes et préférez un lien (WeTransfer) pour l’envoi de fichiers volumineux, surtout si vous en envoyez à plusieurs destinataires.En appliquant toutes ces petits réflexes, vous pouvez contribuer grandement à réduire notre impact environnemental. N’oubliez pas que chaque petit geste est une goutte d’eau qui compte dans l’élaboration d’un monde plus propre.

 

A propos de l’auteur :

David Vieille est diplômé en BSc Systèmes Naturels. Également ambassadeur pour Zero Waste Switzerland, il organise des cours sur le thème du « zéro déchet » et sur la fabrication de produits ménagers et cosmétiques naturels. Contact : [email protected]

1 Commentaire
  1. Candice Il y a 2 mois

    Super article ! J’aurais rajouté, si je peux me le permettre, deux moteurs de recherche qui agissent pour un monde meilleur.

    Il y a Ecosia (https://www.ecosia.org) qui plante des arbres dans le monde grâce à nos recherches internet.
    Et dans le même principe, il y a Lilo (https://www.lilo.org/fr) qui utilise les recherches pour financer des projets sociaux et environnementaux ! Et en plus, c’est vous qui choisissez les projets que vous voulez encourager !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

NOUS CONTACTER

Nous ne sommes pas là pour le moment. Tu peux nous envoyer un email et nous y répondrons au plus vite.

En cours d’envoi

© 2018 ArboLife | Neuchâtel | Suisse | | | | conditions | crédits

Suggérer une adresse

Propriétaire ou gérant ? Utilise la fonction « Ajouter une adresse » dans le menu pour créer ton annonce.

Information sur l'adresse suggérée:






Comment te contacter en cas de questions ?

Equilibre & Durabilité

Inscris-toi à la newsletter d’ArboLife pour recevoir les derniers articles de blog, être au courant de nouveaux événements et découvrir de nouvelles adresses dans ta région.

ou

Connecte-toi avec tes identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account